Close

un peu d'histoire

Un équipement structurant à l'échelle de l'Eurorégion

« Parler du territoire, (…) c’est avoir rendez-vous avec le passé enfoui et le futur lointain. C’est parler de sa destinée individuelle et de celle de l’humanité.
On ne peut le faire sans émotion et sans timidité »

Pierre Calame, Un territoire pour l’homme

Si la présence à l’échelle départementale d’un équipement aussi performant que le Théâtre Durance n’a rien d’exceptionnel (tant les différentes étapes de la décentralisation ont permis depuis les années 60 une structuration des territoires par la construction de lieux dédiés à l’art et la culture), il est en revanche remarquable de trouver un équipement d’une telle qualité sur un bassin de population de moins de 20.000 habitants.

Plus qu’un projet artistique et culturel, le Théâtre Durance est une aventure partagée au sein de son territoire. Elle a été conçue et développée dans une inscription territoriale marquée par différentes étapes de son développement.

Hier : Les Festives de Font-Robert

Les plus belles aventures naissent souvent de volontés affirmées, d’urgences individuelles qui deviennent au fil des années des histoires collectives. Le Festi-jazz (par la suite Les Festives), s’est construit sur la programmation des plus grands noms de la scène musicale, nationale et internationale.

Il a révélé le désir de culture, dépassant par là-même les difficultés d’accès, géographiques autant que symboliques. Bien que Les Festives n’existent plus en tant que telles depuis 2011, elles ont profondément marqué les mémoires et ont surtout démontré combien l’art pouvait être accessible à tous.

Aujourd’hui : le développement et la structuration

Les Festives ont donné l’élan mais ont été cantonnées dans le cadre d’une programmation festivalière : grande visibilité mais courte durée et à terme, concurrence avec d’autres festivals créés depuis lors et avec des événements estivaux portés par d’autres structures culturelles proches.

Comment alors prolonger les dynamiques enclenchées lors du festival si ce n’est par la mise en œuvre de rendez-vous réguliers grâce à la création d’un équipement qui permette à la fois une programmation s’ouvrant à d’autres genres, qui crée une permanence artistique sur le territoire, qui structure véritablement une politique d’action culturelle et de développement des publics ?

L’ouverture vers l’Italie et notamment le démarrage de « Montagnes en scènes », premier projet transfrontalier (programme ALCOTRA 2003-2006, suivi par « Confrontations Artistiques transfrontalières » 2007/2013 et Terres Communes 2007/2013) ainsi qu’un dialogue fertile avec les partenaires institutionnels ont permis la construction du Théâtre Durance et sa labellisation en Scène Conventionnée et Pôle régional de développement culturel dès son ouverture en 2007, ce qui est un signal fort donné par les collectivités.

2007 – 2014, un septennat pour trouver ses marques et prendre possession de ce nouvel espace, pour structurer une équipe autour des nouvelles compétences nécessaires à la mise en ordre de marche du lieu et au développement de son projet, pour le rendre visible et lisible, pour fidéliser différemment le public, pour monter en puissance et atteindre un rythme de croisière. Pour, enfin, affirmer ce lieu comme un véritable atout de la structuration et de l’aménagement territorial.